top of page

Vivre du métier de doula en France : est-ce possible ?



"Les doulas sont des professionnelles qui accompagnent les femmes et leur entourage avant, pendant et après l'accouchement." (Ref. Larousse)


Elles sont là pour aider les futurs parents à vivre au mieux cette expérience de la naissance, offrant un soutien émotionnel, physique et informationnel. C'est un métier de plus en plus connu en France, mais peut-on réellement en vivre ? Dans cet article, nous allons explorer la question de la viabilité économique du métier de doula en France, y compris la moyenne de revenu généré par séance de rendez-vous d'accompagnement, la moyenne de revenu des doulas en activité et les moyens à mettre en place pour vivre au mieux de ce métier.


La moyenne de revenu généré par séance de rendez-vous d'accompagnement


Le travail de doula comprend plusieurs rendez-vous et séances avec les parents, qui ont pour objectif d'accompagner et de responsabiliser la future maman, ainsi que son compagnon, en vue de la naissance. Les rencontres avec les doulas peuvent débuter dès le début de la grossesse (voire dès la naissance du projet en préconception) et couvrir les différentes étapes de l'accouchement, ainsi que les premiers jours de la vie du bébé.


Le tarif horaire d'une doula est d'environ entre 40 et 70 €, en fonction de la région et de l'expérience de la professionnelle. Le nombre de rendez-vous avec les parents peut varier, mais en général, il y en a plusieurs, et chaque rencontre peut durer entre 1h30 et 2h.


La moyenne de revenu des doulas en activité


D'après plusieurs enquêtes menées en France, la majorité des doulas travaillent en tant que micro-entrepreneurs(es). Elles doivent donc gérer leur propre activité et rentrer en contact avec des futurs parents intéressés par leurs services.


En termes financiers, la rémunération d'une doula dépendra de nombreux facteurs, tels que son expérience, sa formation, son lieu de travail, le nombre de rendez-vous qu'elle prend en charge, le prix qu'elle fixe, et bien d'autres. Il n'y a pas de chiffres précis pour déterminer la moyenne de revenu des doulas en activité en France, car les données peuvent varier considérablement. Cependant, plusieurs études sur le sujet ont permis d'éclaircir différents point sur le revenu des doulas en France:


  • La grande majorité des doulas aujourd'hui a une activité complémentaire à son activité de doula (plus de 80%). La déduction logique de ce chiffre nous amène à conclure que vivre exclusivement de son activité de doula est complexe à ce jour.

  • Le revenu des doulas en activité (basé sur plusieurs études de marché réalisées), montre que la majorité a un revenu entre 300 et 600€/ mois. Sachant que ces revenus augmentent crescendo en fonction des années et du temps alloué au développement de l'activité de doula.

  • Les doulas qui ont pu générer en moyenne des revenus entre 900 à 1700 euros/mois, sont les "anciennes doulas" (minimum 4 ans d'activité) grâce à leur réseau ; ou des doula (sans forcément plusieurs années d'activité) ayant percé sur internet notamment, grâce à une activité "en ligne" et aux nouveaux réseaux sociaux.


Que peut-on mettre en place pour vivre au mieux du métier de doula ?


La première chose à mettre en place est d'en parler autour de soi. Plus il y aura de doulas qui parleront de leur métier, plus la société civile, connaîtra le métier de doula. Il est tout de même important de préciser que la cause majeure du manque de viabilité économique pour les doulas en France aujourd'hui, provient du faible taux de personnes qui connaissent réellement le métier. En moyenne, une recherche menée en 2021, a montré que sur un échantillon de 20 personnes interrogées, seules 8 connaissaient le métier de doula. Soit 40%. D'autres études ont montré des chiffres plus engageants, 45 à 48% ; données qui restent pour autant faibles).


Le métier de doula est avant tout une vocation, car il s'agit d'un travail qui implique une grande réceptivité et une empathie de tous les instants. C'est une profession qui exige des compétences spécifiques, que ce soit pour appréhender les émotions fortes, répondre aux besoins et aux attentes des parents, ou encore, pour fournir des informations claires et adaptées en cohérence par rapport aux besoins et particularités identifiées chez le(s) client(e.s).


Afin de vivre au mieux de ce métier et de réussir à en faire une activité économiquement stable, il est essentiel de prendre en compte quelques éléments clés. Tout d'abord, il est recommandé de se former en continu pour acquérir de nouvelles compétences et être constamment à jour. Les doulas peuvent se former auprès de différentes écoles avec différentes propositions de formats (voir l'article "comment devenir doula en France "?)


Ensuite, il est important pour les doulas de se connecter avec les communautés et les réseaux de parents et de professionnels, pour rendre leur travail visible et attester de leur sérieux et professionnalisme. Pour cela, elles peuvent participer à des évènements et des salons spécialisés, organiser des ateliers de groupe ou encore des rencontres d'information...


Enfin, il est crucial pour les doulas de fixer des tarifs qui correspondent aux services et à la qualité offerte tout en restant dans les tarifs du marché. Certaines pensent que "casser" les prix, sera une bonne stratégie commerciale. C'est pourtant un message négatif qui est envoyé aux personne lorsqu'un tarif est en dessous des autres personnes. De plus, cela a pour autre conséquence de tirer les prix vers le bas, pour un métier qui déjà est proposé à des tarifs très faibles, compte tenu de l'investissement et de la durée moyenne des séances. Enfin, fidéliser les clients et se faire recommander est un atout pour développer son activité.


Quelles sont les perspectives d'évolution de ce métier ?


Le métier de doula est en constante évolution en France. Aujourd'hui, les doulas sont de plus en plus nombreuses, même si le chiffre reste faible en comparaison à d'autres pays. Pour les années à venir, le métier de doula se développera probablement encore plus, avec un besoin croissant pour une prise en charge globale, durant la période de grossesse, d'accouchement et de plus en plus, sur le post-partum. Et même si la viabilité économique n'est pas toujours simple, de nombreux parents sont en recherche de ces services qui permettent de reprendre du contrôle sur sa vie, de mieux vivre l'arrivée de la famille ou encore d'accompagner différemment les maladies.


En outre, les partenariats entre doulas et professionnels de la santé, notamment les obstétriciens et les sages-femmes, devraient se renforcer à l'avenir, pour offrir aux parents une prise en charge globale, alliant les besoins sécuritaires physiques dispensés par les professionnels de la santé ; et le travail de soutien émotionnel et préventif, accompagné par les doulas professionnelles. Enfin, la reconnaissance des compétences des doulas par les pouvoirs publics devrait se mobiliser, afin d’encadrer et de professionnaliser l'activité et de renforcer la confiance des futurs parents, mais plus encore, d'éviter les problématiques liées à des doulas mal ou pas formées, qui peuvent avoir une pratique contre-productive voire même dans certains cas, dommageables.


En conclusion, le métier de doula peut être passionnant, épanouissant et enrichissant. Même si la viabilité économique n'est pas toujours aisée, il est important pour les doulas d'accompagner et de soutenir les parents qui ont besoin de leur soutien et de leur expérience.

Comments


bottom of page